sanstitre.jpg

 

 

 

 

 

 


Archive pour avril, 2011

Pour lire l’article cliquer sur la photo

   

sanstitre211.jpg

 

Après les cantonales, le Front de gauche se présente comme un rempart contre le FN

apreslescantonaleslefrontdegauch1041098.jpg 

 

 

Rempart contre le FN dans les villes où il a des élus et force de proposition dans les conseils municipaux et intercommunaux… …

Fort de ses 24 % du premier tour et du report des voix au profit du PS au second, le PC sambrien (qui constitue le plus gros du Front de gauche), rappelle qu’il est « une force incontournable de la Sambre », rempart contre le FN. Et qu’à ce titre, il convient de le « laisser travailler ». Pour ceux qui n’auraient pas compris, ce message est destiné au PS… Fatiha Kacimi et Arnaud Beauquel, élus communistes à Louvroil et Jeumont, ont tenu une conférence de presse, hier matin, dans leur local de Sous-le-Bois.

Histoire de faire le point sur ces cantonales. Le lieu n’est pas anodin : « Nous sommes en plein coeur d’un quartier populaire. Il est hors de question de laisser à l’abandon ces quartiers. » Contrairement aux candidats « qui viennent, font une pirouette, montent les uns contre les autres et repartent ». Là, c’est le candidat du Front national qui est visé. « Nous, nous étions là avant les élections, pendant, et nous y serons après. »

« Sans nous, danger »

Retour à l’analyse des résultats : « On a fait 24 % au premier tour, rappelle Arnaud Beauquel. On fait un score important à Maubeuge et de meilleurs scores dans les villes que l’on dirige (Boussois et Louvroil). À Maubeuge, on atténue fortement le score du FN.

 » Un rempart contre le FN, le PC ? « Sans nous, il y aurait eu un grand danger pour la Sambre. Regardez ce qu’il s’est passé à Rousies », commune dont le maire socialiste n’a pu empêcher ses concitoyens de placer le FN en tête au premier tour.

Entre les deux tours, « on a envoyé 1 500 courriers pour faire barrage au FN ». Et ça a fonctionné, disent les communistes.

Pourtant, le travail et les résultats du PC n’ont pas été reconnus à leur juste valeur, selon eux. Que Rémi Pauvros, maire PS de Maubeuge, président de l’Agglo, ne les remercie pas dimanche soir, « ça nous a fait un peu mal. On a droit au respect », estime Arnaud Beauquel. « C’est balayer d’un revers de main plus de 2 500 votants », ajoute Fatiha Kacimi.

Il n’y a pas qu’à l’occasion des élections que le PC sambrien se sent dédaigné par les socialistes. « On a des soucis dans certaines communes », au quotidien. À Jeumont et à Maubeuge, en particulier. « On veut prendre nos responsabilités, on veut travailler. Mais on demande qu’on nous laisse travailler. » L’union est un combat… Et l’abstention, dans tout ça ? « Notre électorat est venu », affirme Fatiha Kacimi. Pas celui de la droite, fait-elle comprendre… Néanmoins, « c’est un échec de tous les partis ».

Le sien veut continuer son travail de terrain. Avec au programme les suppressions de postes dans l’Éducation nationale, la création d’emplois au centre commercial de Louvroil, l’engagement de MCA d’embaucher 800 personnes (parce que l’usine a « touché 62 millions de fonds publics »)… Quand on voit le nombre de problèmes à régler, c’est sûr qu’il vaut mieux les « laisser travailler ». • V. T.

Point de vue d'un simple ci... |
MaYaK se construit |
mémoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ecole de Saint-Rabier
| injustice
| aicpfrance72