Le ticket Front de gauche Mattighello-Maret, pour exprimer la colère de « ceux qui souffrent »

http://www.dailymotion.com/video/xh7n7s 

 

leticketfrontdegauchemattighellom965938.jpg

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Maubeuge/actualite/Secteur_Maubeuge/2011/02/24/article_le-ticket-front-de-gauche-mattighello-ma.shtml

Pas de palmes pour plonger dans le comité de soutien d’Annick Mattighello

Parmi les membres du comité de soutien d’Annick Mattighello et Jean-Claude Maret, les candidats du Front de gauche pour les cantonales de Maubeuge-sud, Daniel Barbarossa rappelle la présence de Michel Ascher. Ce proviseur à la retraite, membre du PCF, avait fait parler de lui en décembre lorsqu’il avait renvoyé ses palmes académiques, dénonçant la prime aux recteurs. Il a envoyé un courrier à la maire de Louvroil pour soutenir sa candidature : c’est dans cette commune qu’il a commencé sa carrière d’enseignant. Et visiblement, ça l’a marqué.


Archive pour février, 2011

Cantonales : Le Front de gauche passe à l’action

leticketfrontdegauchemattighellom9659381.jpg 

La candidate du front de gauche dans le canton de Maubeuge-sud, Annick Mattighello, et son remplaçant Jean-Claude Maret, sont officiellement en campagne pour les élections cantonales du 20 et 27 mars.

 Le Front de gauche a lancé sa campagne cette semaine pour les élections cantonales dans le canton de Maubeuge-sud, avec pour candidat Annick Mattighello et son remplaçant Jean-Claude Maret. Du moins officiellement, car selon la maire de Louvroil, également conseillère régionale, «être en campagne ça ne veut pas dire grand-chose pour moi. A part cinq ou six semaines de vacances, c’est toute l’année qu’on est sur le terrain». Les priorités du Front de gauche : l’emploi, la santé, le combat contre la politique de l’UMP et faire barrage au Front national.

Le monde rural
Pour Jean-Claude Maret, maire de Boussois issu du monde ouvrier et vice-président à l’Agglo, l’urgence est aussi à la défense du monde rural et périurbain : «pour les ruraux, les actions ne sont souvent pas menées comme dans les villes. Les petits villages sont victimes de leur éloignement». Jean-Claude Maret se prononce donc en faveur d’«une politique dynamique dans ce domaine».

Révolution
«Les gens en ont marre, la dépression est généralisée», s’indigne Annick Mattighello qui réclame une véritable rupture avec la politique de la droite, en particulier la réforme des retraites et celle de l’enseignement. Invoquant les soulèvements dans les pays arabes et un sondage de L’Humanité révélant qu’une majorité de Français souhaitent la révolution, la candidate veut provoquer une massive «prise de conscience».

«Casser les codes»
Annick Mattighello déplore que «les institutions sont trop ronronnantes : quand on arrive, tout est déjà décidé dans les couloirs, les bureaux et l’exécutif». La maire de Louvroil veut donc «casser les codes» en continuant à pratiquer le porte à porte et expliquer à chacun ce en quoi consiste le Conseil général.

Alliances ?
Y a-t-il eu des discussions entre le Parti socialiste et le Front de gauche pour éventuellement présenter un candidat commun ? «Non, ils ne nous ont pas contactés et nous non plus, explique la candidate. Et ce serait malvenu dans la Sambre, car depuis 1997 nous travaillons avec les antilibéraux». Si une triangulaire entre le Front national, le Parti socialiste et le Front de gauche venait à se produire, ce dernier s’effacerait «naturellement, pour faire barrage au FN»… dans le cas où le PS enregistrerait un score supérieur à celui du Front de gauche.

Le «baudet» du FN
Annick Mattighello ne connaît pas personnellement Louis-Armand de Béjarry, candidat du Front national qui se déclarera cette semaine. Elle rappelle cependant qu’il s’agit d’«un ancien bras droit de Jean-Marie Le Pen, qui a formaté toute la nouvelle génération autour de Marine Le Pen. Mais qu’importe le nom du baudet, mon ennemi c’est l’extrême-droite». La maire de Louvroil accuse le FN de vouloir «supprimer les conventions collectives, qui sont le dernier rempart du monde ouvrier contre le patronat».

Les femmes
La candidate du Front de gauche souligne que son parti est le seul à présenter une femme titulaire, en capacité d’être élue. La loi sur la parité impose la présence d’une dame dans chaque tandem, mais dans les autres partis «elles ont été reléguées au poste de remplaçante. Tous les messieurs sont premiers ! Pourtant les femmes aussi ont des aspirations sociales…».

L’Etat doit payer
Vieux combat d’Annick Mattighello, qui entend bien continuer à le mener au Conseil général, les deux milliards d’euros que l’Etat doit à l’institution selon elle, au titre du non-accompagnement des transferts de compétences. «Nous avons déjà porté plainte contre l’Etat pour récupérer cette somme. Le Conseil général est contraint de revoir toutes ses politiques à cause de ce trou dans son budget, dans le domaine de la santé, de la précarité et de l’aide aux personnes âgées».  

Ensemble pour l’avenir de nos enfants

cant081.jpg 

Pour lire l’article cliquer sur l’image

sanstitre.jpg

Alors qu’il faudrait que les établissements scolaires du bassin de la Sambre puissent continuer  de proposer le panel d’orientation le plus large possible pour contribuer à l’émancipation de chaque élève, comme nous l’avions formulé lors de nos vœux pour 2011 l’égalité absolue dans le domaine de l’éducation et permettre à tous les enfants l’instruction la plus développée possible.

Nous assistons à un désossage de l’éducation mené par le gouvernement actuel.

En cassant le système éducatif du nord pas de calais et en particulier dans notre bassin de la Sambre en faisant des coupes sévères sur la DHG (dotation horaire globale d’enseignement 250h semaine en moins dans certain établissement) 

Ces mesures gouvenemental entrainent des conséquences terribles pour notre territoire et pourtant la récente réforme du lycée ne met-elle pas l’accent sur la nécessité d’un accompagnement personnalisé ? Comment les professeurs pourront-ils être attentifs aux difficultés de chaque élève, alors que la dotation proposée ne peut aboutir qu’à des classes surchargées ?

la suppression de nombreuses filières et cela réduit de fait les possibilités d’orientations des élèves et les obligerait à faire des choix par défaut, sur notre Bassin de la Sambre c’est le BTS industriel et la ST2S(sciences medico sociale, infirmière, aide soignant) l’hôtellerie, technique d’usinage à Jeumont qui vont purement disparaitre , qui sont pourtant des filières porteuses d’avenir professionnel et la conséquence sera une mise en danger supplémentaire pour l’emploi de nos jeunes( des quartiers populaires à plus de 40% de taux de chômages chez les jeunes) et également une mise en danger de l’attractivité du territoire, et pourtant depuis des années les élus de ce territoire se battent pour lui redonner son dynamisme en développant des espaces culturels, sportifs, en améliorant la qualité des établissements scolaires (écoles, collèges, lycées).

  Nous appelons à la Résistance et comme le dit Stephan Hessel  « Indignons-nous »

« Quand on ouvre une école on ferme une prison » (Victor Hugo) 

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus